L’obligation de réaliser les travaux et l’article L 121-17 du code des assurances

Depuis quelques années, certains assureurs ont pris l’habitude d’invoquer l’article L 121-17 du code des assurances qu’ils reproduisent imparfaitement dans les quittances, pour faire déclarer aux assurés qu’ils s’engagent à faire réaliser les travaux de réparation avec les indemnités versées.

Cette pratique est contraire à la loi, elle est détestable et abusive. Ajoutons que ce n’est pas le seul abus constaté dans les quittances que font signer les assureurs à leurs assurés, un prochain article y sera consacré.

Rappelons la règle : L’assuré est libre de disposer des indemnités versées par l’assureur comme bon lui semble. Il n’a aucune obligation de réparer ou de remplacer le bien endommagé par le sinistre.

C’est seulement pour ce qu’on nomme « l’indemnité différée », que l’assuré a l’obligation de justifier des travaux réalisés pour en obtenir le paiement, mais pas pour « l’indemnité immédiate », contrepartie incontestable de la prime payée.

Certains assureurs  écrivent ainsi que l’article L. 121-17 du Code des assurances ferait obstacle à un versement immédiat de l’indemnité, au motif que « les indemnités versées […] doivent être utilisées pour la remise en état effectif de [l’]immeuble ».

Il convient tout d’abord de reprendre complètement cet article :

« Sauf dans le cas visé à l’article L. 121-16, les indemnités versées en réparation d’un dommage à un immeuble bâti doivent être utilisées pour la remise en état effective de cet immeuble ou pour la remise en état de son terrain d’assiette, d’une manière compatible avec l’environnement dudit immeuble.
Toute clause contraire dans les contrats d’assurance est nulle d’ordre public. »

Cet article n’impose pas l’emploi des indemnités à la remise en état effective de l’immeuble, mais si les travaux sont réalisés ils doivent l’être d’une manière compatible avec l’environnement dudit immeuble. C’est très précisément ce que la Cour de cassation a décidé dans un arrêt de 2006.

Selon le professeur H. Groutel, pareille décision est cohérente puisque le texte de l’article L. 121-17 du Code des assurances concerne les « indemnités versées » et non « à verser ».

Pour avoir résisté à ces arguments et persisté à invoquer l’article L 121-17 du code des assurances, dans le cadre d’un sinistre catastrophe naturelle, la cour d’appel de Versailles vient de sanctionner un assureur de la manière suivante :

Considérant que la société (l’assureur) qui a dans ses conclusions cité incomplètement un texte de loi et imparfaitement une jurisprudence a soumis des prétentions sur les chances de succès desquelles elle ne pouvait de bonne foi se méprendre et a fait dégénérer en abus la faculté dont elle dispose de soumettre des prétentions en justice ;

Qu’il convient… ,de la condamner à une amende civile d’un montant de 2.500 euros, ainsi qu’ à payer à M.L… la somme de 3.000 euros à titre de dommages-intérêts, pour l’avoir inutilement contraint à subir les tracas dus à une procédure dans le cadre de laquelle elle a soumis des moyens qu’elle ne pouvait légitimement croire fondés ;

Pour une fois que les juges sanctionnent ce genre de comportement, voilà qui est réjouissant !

14 Commentaires

  1. Ma compagnie d’assurance m’impose d’effectuer les travaux pour un changement de vitre de séparation de terrasse cassée par un de ses réparateurs agrées de plus elle m’impose un montant forfaitaire de réparation, est-ce légal ?

    Répondre
    • Si une entreprise a provoqué des dégats elle en doit la réparation, l’assureur doit payer la réparation au prix réel des travaux. Sinon vous pouvez la faire condamner. jcr

      Répondre
  2. Je comprends bien que l’indemnité versée par l’assurance ne peut être soumise à la reconstruction et que le propriétaire ou co-propriétaire est libre de reconstruire ou pas. En revanche, dans le cas d’une non-reconstruction, l’assuré peut-il obliger l’assurance à verser la TVA et la vétusté ?

    Répondre
    • Une mutuelle a pris la facheuse habitude de mettre la TVA dans l’indemnité différée, je ne connais pas de jurisprudence sur le sujet mais j’imagine qu’elle a pris ses précautions, et par conséquent que vous ne pouvez pas le contester. Donc impossible d’obtenir la TVA et la vétusté sans reconstruction et dépense correspondante. jcr

      Répondre
  3. bonjour,
    sute à un DDE mon assurance m a versé une somme dans l attente des travaux définitifs que je dois faire. Or, le montant inclus un parquet et une « demi cuise » les meubles du haut n ont pas été pris en compte. Puis je utiliser toute l enveloppe pour uniquement ma cuisine afin que celle ci soit uniforme, car les meubles du haut ont plus de 25 ans et le résultat avec des meubles neufs en bas n est pas souhaitable esthétiquement.
    merci pour votre retour,

    Répondre
    • La réponse est dans votre contrat, lisez-le. Le plus souvent l’assureur n’impose que de conserver la destination initiale des lieux, si vous mettez des meubles de cuisine dans une cuisine, si vous faites bien des travaux de réparation de la cuisine dans la cuisine, votre assureur ne présentera aucune critique à votre demande de paiement. jcr

      Répondre
  4. Bonjour, que se passe t il quand l’assurance a versé un acompte sur mon compte depuis quelque mois sur présentation d un devis d’une société mais que malheureusement les travaux n ayant pas était effectuer de suite j ai un manque sur l’indemnisation de l’assurance et que de ce fait je ne puisse plus faire appel à l’entreprise du devis initial ? Aïs je le droit de faire apel à un particulier, plutôt qu à la société initiale ? Ou suis je obliger de faire apel à une autre société ? Je suis ds l’urgence car en effet ayant fais passer l hygiène il y a quelque mois mon propriétaire a attendu le dernier moment pour m’envoyer le devis de l’entreprise en question ils ont logiquement jusqu au 9decembte pr faire les travaux…. Ce qui est à la charge de mon assurance sont les dégâts qui a eu chez moi suite aux dégâts des eaux de ma voisine du dessus… Je me sens un peu perdue…. HELP!!!

    Répondre
    • Les règles sont décrites dans votre contrat. Certain prévoient l’obligation de justifier de la réalisation des travaux, d’autre de fournir des factures. selon votre contrat vous connaitrez l’étendue de votre liberté. jcr

      Répondre
  5. Bonjour,
    il y a eu un dégat des eaux dans l’appartement que je loue. Le locataire a reçu une indemnisation de son assurance pour remettre en état mais ne fait pas les travaux et ne répond pas aux recommandés pour me permettre de faire venir les sociétés pour réaliser le devis et faire les travaux (à sa charge puisqu’il est à l’origine du sinistre). Quel est mon recours ?
    Merci

    Répondre
    • cela relève d’un différent avec votre locataire. IL doit vous laisser réaliser les travaux et restituer un bien en état conforme à l’état d’entrée dans les lieux. Saisissez le tribunal .jcr

      Répondre
  6. Que se passe t il si un propriétaire dans une copropriété ne réalise pas ses travaux après sinistre et après avoir percu un acompte pour réaliser les travaux et occasionne ainsi un préjudice pour un copropriétaire qui ne peu disposer de son bien , car l’immeuble est dévalorisé.

    Répondre
    • Si le règlement de copropriété ne l’a pas prévu, le copropriétaire est libre de disposer des indemnités d’assurance et de faire ou non les travaux de réparation. Mais rien n’interdit d’organiser une assemblée statuant sur ce point et de tenter de contraindre le copropriétaire récalcitrant, mais cette question relève du droit de la copropriété et non du droit des assurances. Je suis donc incompétent pour y répondre. jcr

      Répondre
      • Bonjour
        Nous avons fait remplacer le linteau bois au dessus de notre baie vitree. Hors 6 mois après ce linteau a bougé et de fait le mur di dessus n est plus en contact avec le linteau sur 1cm sur toute la longueur et de fait le joint d d’étanchéité ne fait plus son travail.
        Un expert de l entreprise est passe attestant qu il n y avait pas de risque de effondrement et que seul un joint d étanchéité suffit. De fait nous avons realise un devis de 300 euros. L entreprise nous demandait des photos pour preuve après les réparations. Nous avons refuse. L assurance nous indemnisera de 300 euros en retour d un quitus qui stipule que l on s engage a affecter cette indemnité uniquement a la réparation et ee leur adresser une facture acquittée des travaux de réparation.
        Sur quel fondement juridique peuvent ils nous imposer cela?ne sommes nous pas libres d d’utiliser l’indemnité comme bon nous semble?
        Merci de votre retour.

        Répondre
        • Vous êtes libre de faire ce que vous voulez de la première partie de l’indemnité, s’il y a un complément, c’est cette seconde partie qui est soumise à l’obligation de réaliser les travaux. jcr

          Répondre

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

captcha

Please enter the CAPTCHA text